Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le pouvoir de la fibre naturelle

Publié par Mame diarra senghor sur 12 Mai 2015, 21:46pm

Catégories : #monde vert

Source: Gaiapresse

 

C'est l'heure de remettre au goût du jour les matériaux à base de fibres naturelles. Moins polluant et souvent facile d'accès, ces ressources premières pourraient être une solution aux matières non recyclables et non biodégradables. C'est du moins ce que pensent deux professeurs de l'Université de Sherbrooke, Mathieu Robert et Saïd Elkoun.

« Des matériaux comme le caoutchouc, par exemple, finissent 99% du temps à l'enfouissement», déplore Mathieu Robert, professeur à la faculté de génie de l'université. À l'instar de ce polymère, les matériaux composites que l'on retrouve dans les voitures ou dans le milieu de la construction représentent un réel fléau pour l'environnement. C'est pourquoi depuis Janvier 2015, une législation européenne limite leur utilisation à 5% dans le domaine de la fabrication automobile. Ce règlement à un impact direct sur les producteurs québécois qui sont souvent des sous-traitants de ces grandes marques européennes (Volvo, Volkswagen). «Ces manufacturiers veulent que les sous-traitants soient plus éco-responsables», explique le chercheur.

 

C'est dans ce contexte d'éco-responsabilité qu'entrent en jeu les fibres végétales. Issus de plantes comme le lin, le chanvre ou le bambou, leurs fibres peuvent se substituer à différents composants de production comme l'amiante ou la fibre de verre. Moins énergivores que ces derniers, elles se retrouvent sous différentes formes dans différentes régions de la planète . L'utilisation des fibres végétales relèvent donc aussi d'une question de biodisponibilité. En Martinique par exemple, la fibre de noix de coco est très exploitée car présente en grande quantité sur l'île. Au Canada, l'asclépiade représente une source de fibre naturelle exploitable. «Locale et abondante, il faut développer des nouvelles techniques de valorisation de la plante au pays », encourage le professeur Robert.

 

 

L'utilisation de ces fibres naturelles, qui sont veilles comme le monde, ne se limite pas aux domaines automobile et textile. Elles peuvent être mouiller avec des polymères pour fabriquer des matériaux composites. Les chercheurs de l'Université de Sherbrooke ont réussi à créer un béton à haute performance avec des fibres naturelles. «Cette création permet de diminuer le volume de béton utilisé dans la construction et, par la même, de réduire l'émission de gaz à effet de serre», se réjouit Mathieu Robert.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents